AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Xolotl
avatar

☾ morsure : 27
☾ double-compte : Nathan & Ellyan.
☾ crédit : (avatar) anaëlle (signature) dark paradise
☾ là depuis : 12/05/2014
☾ caractère : Calme - dangereux - mystérieux - froid - distant - charmeur - indéchiffrable - sadique.
☾ nature : Dieu des doublons, de l’étoile du soir, du jeu de la pelote et seigneur du Mictlan (emmène les morts là-bas).
MessageSujet: première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)   Mer 16 Juil - 22:50

assoiffé par la soif de vengeance



La vengeance était quelque chose de si vicieux comme sentiment. Elle prenait les tripes et ne les lâchait jamais. Un esprit vengeur pouvait s’avérer bénéfique comme maléfique. Tout dépendait de ses intentions, de son but. Tu n’étais pas un esprit bénéfique mais tu ne pouvais pas te classer comme maléfique pour autant. Tu ne tuais que les cœurs trop bruyant car cela te rappelait trop cette humaine que tu avais perdu, que l’on t’avait arraché injustement des mains. C’était juste un réflexe pour te protéger. Mais tu n’étais pas si gentil que ça. Le simple fait de tuer des innocents juste parce qu’ils avaient peur de toi ne faisait pas de toi un esprit bénéfique. Tu aimais les voir souffrir, leur voler leurs derniers instants pour ensuite les accompagner dans ton palais lugubre. Tu te nourrissais de leurs âmes car plus personnes ne te nourrissaient de sacrifice. Les chacals qu’ils t’offraient dans un temps lointain ne t’apportaient pas toute l’énergie qu’une simple âme humaine pouvait t’offrir. Sans hésitation, tu préférais te nourrir toi-même. Certes, tu n’étais pas tout puissant comme il fut un temps où tu étais Soleil mais tu vivais ou plutôt survivais comme tu le pouvais.

Les âmes que tu récoltais de ta faux argentée restaient cependant rares. Tu ne voyais que ta vengeance dans le coin de l’œil. Tu avais besoin de te venger, de le voir souffrir comme tu avais souffert déjà. Il te l’avait prise. Il avait osé s’en servir pour se nourrir ! Il méritait la pire des morts. Et tu serais celui qui la lui donnerait. Ton plan était déjà en place, il ne manquait plus que tu pousses les choses pour pouvoir avoir accès à son cœur et le détruire ensuite. C’était tellement alléchant d’avance de sentir son cœur fondant sous ta dent. Tu en rêvais, oh oui tu en rêvais. Mais maintenant, il fallait retourner à la réalité car tu allais être en retard sinon. Du moins, tu n’avais aucun rendez-vous particulier, aucune réunion à faire. Mais celui dont tu allais rendre visite n’aimait pas que tu arrives en retard. Bien sûr, tu ne serais pas à l’heure car tu aimais braver ses règles. C’était cela qu’il aimait chez toi. Que tu lui résistes. Il avait tellement à faire à de simples mortels qui se laissaient faire d’un claquement de doigt. Qui allais-tu voir ? Celui dont tu voulais le cœur. Celui qui te l’avait prise. Tu avais commencé à mettre en place ton plan, cela n’était que la partie une de ton plan. Il fallait que tu le rendes accro de toi, du moins, qu’il t’accepte et que tu puisses l’atteindre ensuite pour te venger.

C’est pour cette raison que tu mis une chemise blanche que tu laissais ouverte aux trois quart car tu savais ce genre de vêtement facile à retirer. Tu étais obligé de t’habiller civilement pour eux lorsque tu étais dans leur pays même si tu te sentais très inconfortable dedans. Te dépêchant, tu mettais un jean serré pour la simple provocation. Il mettait en valeur tes formes, que ce soit devant ou derrière. C’est avec un sourire narquois que tu prenais la porte de ta chambre d’hôtel et te dirigeais vers le manoir de l’autre dieu aztèque. Grâce à tes déplacements rapides de voyageur divin, tu arrivais en deux trois mouvements chez Tez et rentrais sans s’annoncer. C’est avec une grâce presque féline – qui divergeait avec ta nature que tu te dirigeais vers la cuisine pour chercher quoi manger dans le réfrigérateur. Il allait venir. Et ta vengeance commencera.



Death is my lover ◈
≈ accoutumons-nous à considérer la mort comme une forme de vie que nous ne comprenons pas encore. Apprenons à la voir du même oeil que la naissance. Il est tout à fait raisonnable et légitime de se persuader que la tombe n'est pas plus redoutable que le berceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tezcatlipoca
avatar
Offer me your soul, your heart

☾ morsure : 18
☾ double-compte : Rose & Adri
☾ là depuis : 22/06/2014
☾ caractère : Vengeur • Blasé • Félin • Solitaire • Agressif • Possède une haute estime de lui-même • Vantard • Fier • Joueur • Rusé
☾ nature : Dieu-Jaguar aztèque, Premier Soleil
MessageSujet: Re: première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)   Ven 18 Juil - 14:59



Première Phase :
L'Attraction


Une autre nuit, une autre journée, un autre passage du Soleil et de la Lune. Une autre journée que cet imposteur passe à faire mon travail. Une autre nuit à chasser mes propres sacrifices sous ma forme animale, à dévorer le cœur d’innocents croisés au détour d’une ruelle. Bien entendu, ce n’est pas aussi nourrissant qu’un sacrifice en bonne et dûe forme, mais c’est mieux que rien. Sans ces cœurs, je serais encore plus faible que je ne le suis déjà. Et je le suis bien trop à mon goût, comparé à ce qui fût mon pouvoir. Mais je récupèrerai cela, je reprendrai ce qu’on m’a volé. Pour cela, je n’ai qu’à attendre mon heure… Le temps approche, mais ce n’est pas encore le moment pour moi de plonger le monde dans les ténèbres. Pas encore…

Il me ne reste donc qu’à patienter, ce à quoi je suis le moins doué. Toutes ces nuits, tout ces jours se ressemblent et passent au ralentit. Autrefois, j’aurais pu simplement faire passer le temps en accéléré, mais c’est un des pouvoirs que j’ai perdu. Je ne peux plus que le ralentir, le reculer ou l’arrêter, ce qui n’est pas utile dans ce cas. Mais j’ai une chose qui m’aide à faire passer le temps. Un jouet. C’est presque l’heure, il devrait arriver maintenant. Je déteste qu’il soit en retard, mais lui semble adorer cela. Il n’est jamais à l’heure. Ça m’énerve. Mais j’aime bien aussi qu’il ne soit pas complètement obéissant et soumit. Les humains se laissent facilement dominer, les créatures d’Eve aussi avec un peu d’aide de la part de mon miroir. Mais je n’ai plus la capacité de contrôler l’esprit des autres dieux avec mon artefact, même si je peux les influencer et les contrôler en utilisant une autre méthode. C’est pour cela que c’est si amusant de jouer avec Xolotl. Je ne peux pas le contrôler. Son comportement est complètement imprévisible. En plus, il m’en veut toujours à mort d’avoir bouffé le cœur d’une humaine qu’il aimait bien il y a plusieurs siècles. Et on me dit rancunier…

Je sors dans le jardin en passant devant le miroir dans l’entrée. Un grand miroir ovale au cadre d’argent et d’or ouvragés dans de magnifiques spirales qui rapellent les vapeurs grises qui remuent sous la glace. Quand il ne pend pas à ce mur, ce miroir se transforme en pendentif, en breloque ou prend carrément la place de mes yeux. Je ne m’en sépare jamais. Personne ne pourrait me le voler de toute façon.

Je sors donc dans le jardin avec rien d’autre qu’un boxer comme vêtement. J’aime les vêtements modernes, mais parfois ceux d’autrefois me manque. Ils étaient tellement plus simples et moins contraignants. Oh, j’adore le look que j’ai en costume-cravate, mais cela ne battra jamais le confort d’un pagne. J’ai redécoré la cours arrière lorsque je me suis approprié ce manoir pour qu’elle ressemble à ces jardins aztèques d’antans. Des jardins suspendus, un étang et de magnifiques sculptures dorées. Et une très haute clôture de bois vernis pour préserver mon intimité des voisins trop curieux.

Je ne reste pas dehors longtemps par contre, je sens la présence de l’autre dieu chez moi. Encore et toujours en retard. Je reviens à l’intérieur sans me presser par contre. Je n’aime pas particulièrement qu’on me fasse attendre. Naturellement, je le trouve planté devant mon réfrigérateur. Mais fais comme chez toi, te gêne pas. Au final, ce chien ne fait que ce qui lui plait peut importe ce que j’en dis. Mais, au final, je suis toujours trop occupé à profiter de son corps pour lui apprendre les bonnes manières. À chacun ses priorités.

-T’es en retard. Et laisse mon frigo tranquille, je rajoute froidement en m’approchant d’un pas félin.

Hum, je suis à peu près sûr qu’il fait exprès de s’habiller ainsi quand il vient chez moi. Un jeans moulant que je sais pertinement qu’il doit détester, malgré les superbes fesses qu’il laisse plus que deviner. Une chemise blanche, plus ouverte que fermée, qui en révèle donc plus qu’elle n’en cache. Ça donne vachement envie. Quoi qu’il donne encore plus envie lorsqu’il n’en a plus, de vêtements, sur le dos.




So if this is to end in fire


We should all burn together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Xolotl
avatar

☾ morsure : 27
☾ double-compte : Nathan & Ellyan.
☾ crédit : (avatar) anaëlle (signature) dark paradise
☾ là depuis : 12/05/2014
☾ caractère : Calme - dangereux - mystérieux - froid - distant - charmeur - indéchiffrable - sadique.
☾ nature : Dieu des doublons, de l’étoile du soir, du jeu de la pelote et seigneur du Mictlan (emmène les morts là-bas).
MessageSujet: Re: première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)   Ven 1 Aoû - 8:44

assoiffé par la soif de vengeance



Même si tu le démentirais facilement, tu adorais cette partie de ton plan, de ta vengeance. Tu aimais beaucoup devoir profiter du temps de quelqu’un, d’en finir ‘indépendant’. Même si cela n’était pas totalement vrai, même si la vérité était que tu attendais juste le moment où il se dévoilerait un tout petit, qu’il montre un seul petit signe de faiblesse pour rentrer dedans et tout s’saccager. Tu attendais, tu attendrais le temps qu’il faut, jusqu’à ce qu’il se laisse faire. Quittes à te faire rabaisser avant par lui. Tu étais prêt à faire tout pour lui, même le séduire si ensuite tu pouvais avoir ta vengeance. A l’inverse de Tezcatlipoca, tu ne mangeais que peu, très rarement. Tes sacrifices étaient beaucoup plus spéciaux que les siens mais heureusement, ton statue en tant que roi du Mictlan te permettait de te nourrir de leurs âmes et non de chien du Mexique. Mais tu n’en restais pas moins faible, utilisant cependant le strict minimum pour ne pas être trop faible ensuite. C’était difficile car tu ne pouvais profiter pleinement de tes puissances alors que tu le voudrais, que tu aimerais pouvoir détruire tout sur ton passage.

Sauf que tu devais te contenter de ta simple vengeance, ta simple mission. Tu n’avais rien sinon, pas d’aspiration. Lui voulait amener la fin du monde, toi ... t’étais bien paumé. Mais pas le temps de poser des problèmes, t’avais à faire. Jamais tu ne passais par la porte, tu savais que de toute façon, il t’attendait. Parfois il t’attendait dans les bras d’une autre personne mais la laissait tomber pour toi, toujours. En un sens, c’était sympathique. Parfois, il t’invitait dans sa sauterie et profitait de vous deux. A la fin, tu poussais l’humain pour qu’il dégage et tu prenais sa place près de Tez. « T’es en retard. Et laisse mon frigo tranquille. » Tu haussais les sourcils, un sourire malicieux venant souligner ton visage alors que tu fermais le frigo sous ses ‘conseils’. Même si cela était plus des ordres. Tu en avais l’habitude de ses ordres. Ça devenait même plus des choses à accomplir mais juste des mots qu’il disait comme ça. Des mots que tu ignorais. D’ailleurs, pour lui prouver que tu ne l’écoutais pas, tu rouvris le frigidaire pour en sortir un aliment au hasard. Tu le posais sur la table tout en lançant un large sourire vers le dieu. Tu lui prouvais que tu n’étais pas facile, que tu ne te laisserais pas faire, comme tous ces faibles humains.

Des yeux, tu le déshabillais alors que tu comblais la distance qui vous séparait. La pudeur, tu ne connaissais pas. C’est pour cela que tu collais ton corps contre le sien, parcourant rapidement les courbes parfaites de son corps d’un regard affamé avant de relever ton regard vers le sien. Il était un peu plus grand que toi mais ce n’était en soi pas un problème. « Tu vas me punir de mon retard ? » Soufflais-tu contre ses lèvres avant de te remettre à sourire. Tu adorais le provoqué. C’était tellement amusant. « A moins que tu te sois ramollis. Je peux aller voir un humain, il saura comment me combler, mieux que toi, j’en suis sûr. » Tous était dans la recherche de sa possessivité, de son égo et de la provocation. Après, il fallait voir si ta technique marchait. Il pouvait aussi te mettre à la porte. Ses réactions étaient inattendues, comme les tiennes. Ce jeu était dangereux. Mais le prix était trop important pour que tu le laisse tomber là.



Death is my lover ◈
≈ accoutumons-nous à considérer la mort comme une forme de vie que nous ne comprenons pas encore. Apprenons à la voir du même oeil que la naissance. Il est tout à fait raisonnable et légitime de se persuader que la tombe n'est pas plus redoutable que le berceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tezcatlipoca
avatar
Offer me your soul, your heart

☾ morsure : 18
☾ double-compte : Rose & Adri
☾ là depuis : 22/06/2014
☾ caractère : Vengeur • Blasé • Félin • Solitaire • Agressif • Possède une haute estime de lui-même • Vantard • Fier • Joueur • Rusé
☾ nature : Dieu-Jaguar aztèque, Premier Soleil
MessageSujet: Re: première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)   Ven 22 Aoû - 2:59



Première Phase :
L'Attraction


Je sais parfaitement bien qu’il y a quelque chose de louche avec Xolotl. Il m’en a toujours atrocement voulu pour l’histoire avec cette humaine. Personnellement, je trouve cela ridicule, mais apparament il aimait cette misérable vermine. Comme je dis, ridicule. Déjà, l’amour est l’émotion la plus humaine et la plus dégoûtant qui soit. Ensuite, une humaine ? Sérieusement ? C’est quand même drôle, de mon point de vue.
Je ne sais pas s’il s’approche de moi ainsi pour le simple plaisir ou pour un quelconque plan de vengeance, mais ça pourrait être amusant à voir, alors autant le laisser faire. En plus, j’en profite largement en attendant.

Je roule des yeux et ne dis rien lorsqu’il fait exprès de prendre un truc dans le frigo pour me contredire. Ce n’est pas comme si je n’aimais pas du tout qu’il me tienne tête, pas trop du moins. Je garde simplement un léger sourire sarcastique lorsqu’il approche, remarquant son regard sur moi. J’adore être regardé ainsi. Beaucoup. Mais je n’aime pas trop être menacé ou insulté, même pour jouer. Parce que je sais que c’est ce qu’il fait, il fait exprès de me provoquer. Il le fait tout le temps. Et je crois qu’il aime un peu trop ça.
Toi et moi, on sait que c’est faux,
je gronde contre ses lèvres en avançant contre lui, le forçant à reculer. Hors de question de le laisser me dominer, ne serait-ce qu’un peu. Même pour me pousser à faire des choses que je ferais bien volontiers. Je ne suis pas idiot, je sais parfaitement ce qu’il fait. Parfois, je me laisse faire, parfois pas.
Mais te gênes pas, vas voir ailleurs, p’tit chien

Sur ces mots un tantinet moqueurs, je tends la main pour attraper la pomme qu’il a sortie du frigo et abandonnée sur la table et en prend une bouchée avant de faire demi-tour pour passer au salon. Bien entendu, je n’ai absolument pas l’intention de le laisser aller voir qui que ce soit. Je ne suis pas du genre à prêter mes jouets. Ni à courir pour avoir ce que je veux.

Je m’installe confortablement sur mon beau canapé en cuir rouge sang, posant mes pieds sur la petite table basse en continuant de manger la pomme. J’allume ce truc ennuyant, la télévision, et finit par trouver un poste pas trop nul. Des tas de jolis mâles et appétissantes femelles qui se dandinent vêtuent de presque rien. Leur danse est à revoir, mais c’est passable. Mieux que ce que j’ai vu la dernière fois que j’ai regardé ce truc. Une histoire à mourir d’ennui sur un chien qui se laisse crever devant une station de train parce que son imbécile de maître est mort. Et des gens ont trouvé que ce serait intéressant de raconter l’histoire de ce chien. De construire une statue en son honneur même. Pourquoi on ne me construit pas des statues à moi à la place ? Avant, c’était bien mieux. Quand ces foutus d’espagnols n’avaient pas mit le pied chez nous.
Quelle déchéance. J’étais un des dieux les plus crains. J’avais les meilleurs sacrifices. De si belles vierges… Oh, et mes ixiplatl… Et maintenant… Je vis dans un coin paumé, en plein milieu de nulle part où absolument personne ne me connait et je regarde des gens dans une boîte. En plus, je dois me contenter de dévorer les cœurs de ceux que je trouve. Et je dois tout faire le travail moi-même ! Autrefois, je n’avais qu’à manger les cœurs qu’on me servait sur un plateau d’argent. Je dois me débrouiller pour cacher des cadavres maintenant… Mais où s’en va le monde ?




So if this is to end in fire


We should all burn together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)   

Revenir en haut Aller en bas
 

première phase ; l’attraction (tezcatlipoca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visite d'un parc d'attraction demain
» Centenaire de la première école Maria Montessori
» attraction? VIKING
» La phase du non
» Regime Dukan phase d;attaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cannibal :: quartiers habitations :: quartier est :: Manoir de Tez-
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures ;
top site - top site