AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cassiopée D. Strickland
avatar

☾ morsure : 16
☾ double-compte : Nope :)
☾ crédit : Tumblr
☾ là depuis : 17/05/2014
☾ nature : Humaine
MessageSujet: Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]   Mer 2 Juil - 15:43



   
 
   « Lorsque le vent tend à nous réunir... »


 
La sonnette de l’établissement du Grill tinta tandis que je poussais la porte en frissonnant. L’hiver n’était pas encore là, mais la fraîcheur du vent se faisait sentir. Les cheveux en bataille et les joues rougies par le froid je me dirigeais vers le comptoir en souriant. Saluant brièvement le patron je commandais mon chocolat chaud à la cannelle et allait m’assoir sur une table un peu à l’écart du reste de la population. C’était mon moment détente après une rude journée.

Les clients à l’animalerie avaient été particulièrement insupportables aujourd’hui…Et je n’avais pas vraiment envie de rentrer chez moi dans l’immédiat, histoire de ne pas me confronter à un papa tout autant insupportable…

J’attrapais un journal traînant non loin de là, je me mis à le feuilleter sans y prêter une réelle attention. Disparition, meurtres, crimes incompréhensibles… Je ne comprenais pas comment dans une petite ville à première vue paisible la criminalité pouvait être aussi élevée.

Soupirant et rangeant le journal, j’accueillis le serveur avec un grand sourire. Je ne connaissais pas encore très bien les gens vivants et travaillant ici et préférait largement prendre mon temps pour apprendre à les connaître.

La tasse fumante dégageait une douce odeur de cannelle, la crème fraîche commençait déjà à fondre et se dissiper dans le liquide brunâtre. Saisissant mon biscuit, je m’empressais de défaire le papier d’emballage. J’avais cette tendance bizarre à toujours vouloir manger mon biscuit avant de boire la boisson qu’il accompagnait, surement afin de pouvoir profiter pleinement du goût de mes deux consommations comme il se doit.

Grignotant du bout des dents, la tête dans les nuages je profitais du moment pour glisser un regard rapide sur l’assemblée. Non loin de moi était assis une famille qui se faisait plutôt remarqué de par la turbulence des enfants. Il devait être de passage, il avait un accent du Sud. Leur teint halé semblait confirmer mes suppositions.

Une fois le biscuit engloutit je pus profiter pleinement du chocolat qui entre temps avait eu l’occasion de se refroidir un peu, mais pas assez pour que je ne me brûle pas la langue. Ce qui fut inévitable vu ma précipitation à engloutir une gorgée de ce délicieux liquide !

« Outch ! »


Je me mis à rire un peu de mon empressement et de ma maladresse. La sonnette sonna à nouveau, laissant le vent s’engouffrer à nouveau et me faisant frissonner malgré mon pull en laine qui était supposé me tenir bien chaud ! Relevant le regard, curieuse de découvrir l'identité du nouvel arrivant, je faillis m'étouffer, avalant mon cacao de travers.

Comment était-ce possible ? Nate? Que faisait-il donc là ? Toussant, je posais ma tasse, les yeux écarquillés ne sachant trop quoi faire...

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nathan T. Lewis
avatar
i'm a predator, i'm the alpha.

☾ morsure : 154
☾ double-compte : Ellyan & Xolotl.
☾ crédit : (avatar) dreamy - (signature) dark paradise
☾ là depuis : 07/11/2013
☾ caractère : excentrique - dominant - impulsif - émotion changeante - sarcastique - hyperactif - possessif - cultivé - passionné - intelligent.
☾ nature : Werewolf ; Alpha.
MessageSujet: Re: Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]   Sam 12 Juil - 21:07

Le loup face au passé
les souvenirs ne sont pas fait pour être revécu, ni pour être remémorer.

Les jours n’étaient pas ceux que j’imaginais. Comme cette vie. Je ne pensais pas que ma transformation m’apporterait encore. Moi qui avais toujours eu l’habitude de ne rien avoir. J’avais trop de choses à moi, trop de choses qui me donnait l’impression que ce n’était pas réel. Que tout ceci n’était que fiction. Que j’allais me réveiller tout à coup et me rendre compte que tout ceci n’était qu’un simple rêve. Après tout, avec toutes les histoires de surnaturelles que je regardais, que ça ne soit qu’un rêve était une option tout à fait possible. Après, cela serait dommage car j’avais rencontré une certaine personne qui commençait à prendre vraiment trop de place dans ma vie. Et surtout dans mon cœur. Mais je ne le dirais jamais. Du moins, au principal concerné. Je préférais que personne ne sache que j’étais faible ou que j’avais un faible. J’étais un Alpha et un Alpha se devait de n’avoir aucun point de faiblesse. Déjà que j’en accumulais beaucoup, je me disais que si je possédais en plus un coup de cœur, j’allais être trop facilement atteint. Et cela était dangereux. Si je comptais que tout ceci était réel.

Mais je m’étais déjà pincer plusieurs fois et à part un bleu qui avait disparu, semblant être aspiré par ma peau, je ne m’étais pas réveillé. Tout semblait porter à croire que j’étais réellement dans ce monde. Que j’avais vraiment atterris dans cette ville. Que j’avais vraiment rencontré cet homme étrange qui m’avait embrassé, plus d’une fois. Rien que d’y penser, j’en avais des frissons. C’était si agréable de sentir es lèvres rigides contre les miennes. Je me sentais vivant. Près de lui, j’étais bien. Pour une fois, je ne me sentais pas trahis. Mais à vrai dire, je ne pouvais pas m’avancer sur ce qu’il voulait. Il pouvait très bien jouer, encore une fois. Les gens étaient si mauvais dans leur fond. Je me méfiais toujours car j’avais peur de souffrir encore. C’était peut-être égoïste et stupide mais la dernière fois m’avait suffi. Cassiopée avait eu raison lorsqu’elle m’avait dit lorsque nous étions ensemble – si ensemble nous l’avions déjà réellement été que les gens avaient un fond toujours mauvais et que leurs intentions n’étaient souvent pas celles que nous pensions. Je l’avais amèrement vécu. Je ne voulais pas ressasser les souvenirs mais chaque jour j’y repensais malgré moi. Cela avait été mon premier amour. Ma première idylle.

Ce fut avec un maux de tête affreux que je sortais du bureau, saluant rapidement mes collègues, pressé de pouvoir me détendre dehors, loin de tant d’ordinateur qui envoyaient sans arrêt des ultrasons insupportables. J’adorais l’informatique, vraiment. Mais les bruits maintenant que j’avais des super sens étaient très désagréables. Regardant l’enseigne lumineuse du grill, je souriais largement, sachant que maintenant, j’allais pouvoir me décontracter un minimum. Je remettais mon sweat rouge en place avant de m’engouffrer rapidement, frappant mes mains ensemble comme pour souligner cette fin de journée difficile. Prenant une place au hasard dans celles qui restaient, je commandais comme à mon habitude un verre de lait tout simplement. Je sais, cela ne se faisait pas sur la carte mais si je payais un peu plus, j’avais le droit à mon verre de lait pour terminer cette journée. Mon verre en main, je profitais pleinement du goût sous ma langue tout en regardant d’un regard discret les gens ici …

Là.
Juste là.
Mon cerveau s’arrêtait alors que j’entendais à nouveau les rires s’élever et l’humiliation monter. Je devais partir. Me redressant rapidement, je renversais mon lait sur moi et sans un regard en arrière je me dirigeais vers les toilettes, laissant la porte des hommes ouverte alors que je me passais de l’eau sur mon visage. Ce n’était pas possible. Pas encore. Je ne voulais plus être humilier …

(c) sweet.lips


hear me roar ◈
≈ I got the eye of the tiger, the fire, dancing through the fire, 'cause I am a champion, and you're gonna hear me roar


nelkan ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cassiopée D. Strickland
avatar

☾ morsure : 16
☾ double-compte : Nope :)
☾ crédit : Tumblr
☾ là depuis : 17/05/2014
☾ nature : Humaine
MessageSujet: Re: Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]   Mer 23 Juil - 17:52



   
 
   « Lorsque le vent tend à nous réunir... »


 
Sweat rouge, cheveux un peu mal coiffés, il n’avait pas réellement changé, de loin j’aurais dis qu’il avait juste un peu…vieillit. Je ne le quittais pas des yeux, ne sachant trop si je devais me pincer, courir vers lui ou bien m’enfuir et creuser ma tombe pour m’enterrer. Mes joues brûlaient…de honte. Alors qu’il s’asseyait, sirotant son verre de lait, nos regards se croisèrent et je ne fus pas surprise de lire tout sauf de la joie dans le sien… Précipitamment, il se relevait, renversant son verre sur son sweat, embarrassé et paniqué, il se précipitait dans les w.c.

Hésitante, je finis par le lever moi aussi au bout de quelques secondes, avec un peu moins de précipitation mais avec rapidité je le suivis. J’avais l’impression que le regard de tous était tourné vers cette scène O combien…inhabituelle mais ce n’était qu’une impression… Ou du moins, je l’espérais.

Je débarquais dans le couloir qui menait vers les toilettes, tachant de ne pas trop attirer l’attention, une femme dans les toilettes des hommes, ce n’était pas très…habituel. Mes talons résonnaient sur le parquet tandis que réduisait l’ongle de mon pouce en charpie.

J’inspirais profondément, une grande bouffée d’air qui j’espérais me rendrait un peu de courage. Il y avait un bruit d’eau et d’éclaboussures… Alors que je passais le pas de la porte, faisant un pas dans cet étrange endroit réservé à la gente masculine, la boule qui s’était logée dans mon ventre faillie me pousser à rendre mon repas du midi

« Salut Nate… »


C’est tout ce qui était sorti d’entre mes lèvres et encore, ce n’était qu’un souffle, un murmure. J’esquissais un léger sourire maladroit tout en me mordillant la lèvre inférieure, fixant le sol pendant quelques instants, je rassemblais assez de courage que pour pouvoir braver son regard, même si c’était au travers d’un miroir.

Je pus observer son visage dégoulinant…de plus près. Et je pus voir qu’il avait quand même pas mal changé, le timide garçon que j’avais connu était devenu un sacré beau gosse, un sourire plus doux s’étendit sur mes lèvres. Revenant brusquement à la réalité, je détournais rapidement le regard à nouveau clignant rapidement des paupières. Des larmes me montaient soudain aux yeux… Sans doute la culpabilité qui me rongeait refaisait face, serrant les poings et par la même occasion les dents, je le fixais à nouveau et dis d’une voix légèrement tremblante :

« Désolée Nate… Je suis si…désolée. Tu…tu ne méritais pas ce que je t’ai fais subir. Tout comme tu ne me méritais pas. J’ai été stupide et aveugle. Je…tu ne me croiras certainement jamais et je comprendrais que tu ne veuilles pas, j’ai regretté du plus profond de mon cœur d’avoir eu à blesser et humilier un être aussi…fantastique que toi. Tu…Tu as certainement été une des choses les plus merveilleuses qui me soit arrivées dans ma vie. Crois le ou non, Nate, je t’ai aimée. Mais dans ma stupidité, je n’ai pas compris ni réalisé mes sentiments pour toi. »


Je soupirais un grand coup, clignant toujours des yeux plutôt rapidement pour chasser ces larmes, presque crocodiliens, j’étais infâme, pleurer devant lui, alors que je l’avais blessé, j’osais encore lui demander pardon…Pourtant, il le fallait, je devais au moins m’excuser…

« Je ne te demande pas de me pardonner, je ne mérite certainement pas ton pardon, ni ta compréhension, je…je devais m’excuser. C’est ma faute, j’aurais dû te le dire, t’avouer avant qu’il se soit trop tard, mais je n’ai jamais eu assez de courage que pour le faire. Pardon. Je suis désolée… »


J’étais trop nulle, j’essuyais rapidement mes larmes et fixais son sweat

« Pour sweat c’est aussi ma faute…Je suis désolée…»






   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le vent tend à nous réunir...[ Feat Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (L1) Lorsque le désespoir nous prend le coeur, que la vie devient une ennemie...
» Petite reprise en français : Le vent nous portera, de Noir Désir
» Qu’est ce qui vous détend le plus ?
» oune video eud tcheu nous
» nos enfants nous épatent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cannibal :: black hills :: black grill-
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures ;
top site - top site