AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mélahel
avatar

☾ morsure : 35
☾ double-compte : Aucun.
☾ crédit : avatar (c) Daemon ; signature (c) ZIGGY STARDUST ; gifs (c) casdegraced.
☾ là depuis : 18/05/2014
☾ caractère : Tendre, attentif, réconfortant, introverti, quelques difficultés pour communiquer avec les humains, attachant, candide, solitaire, curieux.
☾ nature : Ange.
MessageSujet: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Dim 22 Juin - 19:53

Anarchy ∞ Mélahel
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Cela fait un moment maintenant que j'arpente ces bois. Je ne sais plus trop pourquoi : est-ce que je continue d'y chercher Anarchy, ou est-ce que je m'y dirige seulement pour faire une pause entre deux recherches ? Ou encore, est-ce que je déambule entre ces arbres pour éviter de tourner en rond entre quatre murs, en pensant au paradis ? J'ai placé le petit en sécurité, veillant bien à plusieurs reprises à l'avoir protégé par plusieurs pièges, démons y compris. J'ai même dessiné quelques symboles contre les anges, et même si leur présence tend à m'affaiblir, ils ne sont pas assez puissants pour me vider totalement de tout pouvoir. Je pourrai aisément les retirer quand je serai rentré ; le plus important, c'est qu'ils n'aient pas d'effet sur Caliel. Sa condition d'ange-humain a donc quelques avantages, même si le plus gros inconvénient, c'est le danger dans lequel il est plongé jusqu'au restant de ses jours. Enfin, du moins, jusqu'à ce qu'il soit en âge de se défendre tout seul.

Lorsque je trébuche contre une brindille, je lâche un juron humain, me rattrapant de justesse contre un tronc. Merci mon véhicule pour ces réflexes...Je me surprends à renifler, m'adossant finalement contre ce même tronc. Je ne suis pas autant énervé à cause d'une stupide brindille ; c'est plutôt à cause de ma situation actuelle. Depuis plus d'un an maintenant, je vogue d'ascenseur émotionnel en ascenseur émotionnel, et j'ai l'impression qu'il y aura toujours un souci sur ma route. Ma famille, et maintenant, la disparition d'Anarchy...Je me retrouve seul avec des responsabilités et un petit être dont je peine à m'occuper seul. L'humanité est encore si complexe pour moi. J'ai toujours des bâtons dans les roues, comme cette stupide brindille sur mon chemin ; on dirait presque un trait d'humour sarcastique envoyé par mon père.

Ana...Il me manque terriblement, et j'ignore où il est. Son statut de chasseur me fait peur. Et s'il était...? Non, non ! C'est impossible. Quelque chose en moi refuse cette éventualité. Il est fort, il est courageux. Je ne connais pas d'autres chasseurs pour faire une comparaison, mais je sais qu'il fait partie des meilleurs. Je ne lui en veux pas, je veux juste comprendre pourquoi. Pourquoi m'aider pendant 9 mois, et ensuite disparaître, du jour au lendemain. On est deux à avoir peur, mais je pensais qu'être ensemble, ça changeait quand même la donne.

Je pousse un long soupir alors que je sens une présence non loin de moi. Un craquement, du mouvement. Me figeant sur place, je plisse les yeux pour mieux me concentrer. Et si c'était un de mes frères, ou l'une de mes sœurs ? Je sais que je suis en sursis, que je n'ai plus ma place en tant qu'ange. Est-ce qu'ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour me retrouver ? Est-ce qu'ils ont mis ma tête à prix ? J'avale péniblement ma salive avant de bouger un peu, descendant sur un terre-plein, recouvert de feuilles mortes. Je ne dis rien mais j'observe les environs, à l'affût du moindre bruit de pas, de la moindre chose qui puisse me paraître suspecte. Ce n'est qu'après quelques minutes que je reconnais, de loin, et de dos, une silhouette qui me parait douloureusement familière. Est-ce que c'est une hallucination ? Est-ce que c'est une ruse et qu'on se moque de moi, là-haut ? « - Ana'... » Dis-je faiblement, mes yeux s'embuant légèrement.
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L. Anarchy Davis
avatar

☾ morsure : 79
☾ double-compte : no one.
☾ là depuis : 04/05/2014
☾ caractère : Méfiant - Drôle - Pervers - Bourreau - Sadique - Froid - Protecteur - Courageux - Sensible - Têtu - Observateur - Très bon menteur - Gourmand - Alcoolique - Arrogant.
☾ nature : vampire.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Mar 24 Juin - 12:48

Anarchael
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Un monstre, voilà ce que je suis devenu. Je n’ai jamais voulu devenir ainsi, moi qui les ai tant chassés, moi qui les ai tant détestés. Me voilà l’un des leur. Je me dis que finalement, ça peut arriver à tout le monde, même aux meilleurs. Je ne sais plus trop quoi faire, je me sens dans une impasse et je sais que m’éloigner de ma famille comme je le fais là, malheureusement ce n’est pas la meilleure des solutions. Mais ça me fait mal, j’ai peur qu’un jour je leur fasse du mal à cause de cette nouvelle forme, de mes nouveaux atouts ou désavantages que m’offre la vie de vampire. Ils me manquent terriblement, puis la dernière fois que j’ai quitté Sasha, c’était assez tendu, et en mauvais termes. Je sais qu’il m’en veut, et je me doute que Mélahel m’en veuille aussi. S’il savait, combien je suis désolé, combien je m’en veux. Notre petit ange me manque aussi, j’ai à peine eu le temps de profiter de lui, de le serrer dans mes bras. Je n’ai même pas pu lui dire combien je l’aime. Peut-être qu’il le saura. D’un sens ça ne me rassure pas mais je sais que tant qu’il est là, il ne risque rien. Mélahel sait se défendre, surtout quand il aime une personne de toute son âme.

Je me balade en pleine forêt, pensif, les mains dans mes poches. Et si je retournais à ce lieu où tout s’est déroulé ? Cette rencontre qui a bouleversé ma vie ? Peut-être qu’il y sera en me cherchant désespérément ayant toujours cette once d’espoir au fond de lui, de son cœur. Suis-je devenu un monstre, en faisant souffrir tout ce que j’aime ? J’ai peur de sa réaction le jour où l’on se revoit, peut-être qu’il va réagir de la même façon que Sasha…mais qu’il le sache, je ne lui en voudrais pas et je comprendrais tout à fait sa réaction. Je sens l’odeur d’une bête, j’ai les crocs. Je me mets à sa poursuite mais je reste cacher, l’observant, attendant le bon moment pour lui bondir dessus et planter mes crocs sans merci dans sa jugulaire, le maintenant pour ne plus qu’il bouge. Je le vide de son sang, bien rapidement avant de me redresser. Je ne suis pas rassasié, j’ai sans cesse faim. J’essuie mes lèvres puis je grimace un peu. Le sang d’animal, ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur.

Soudain, j’entends un craquement de branches. Je me retourne subitement, mais je sens que ce n’est pas un humain. Cet aura, cette odeur … que je n’oublierais jamais, et que je reconnaitrais entre milles. Mon cœur rata plusieurs battements, je me fige sur place. M’a-t-il suivit ? Ou, est-ce qu’il sait que je suis ici ? Je me mets à marcher ensuite, tentant de chercher un endroit où me dissimuler bien que je sache qu’il n’est pas dupe, et qu’il sent cette présence. Je l’entends, cette voix brisée … ce désespoir, cette lassitude. Je sens ma gorge se serrer. Pourquoi est-ce aussi dur ? Je n’aurai jamais cru pouvoir ressentir ça un jour, ce sentiment que l’on appel « amour ». Je finis par me tourner vers lui et l’observe de loin. Cette silhouette que j’ai apprécié regarder durant ces mois, cet homme que j’ai appris à aimer et à connaitre. Cet homme qui faisait battre mon cœur, lorsque j’étais encore humain. Cet ange qui m’a transformé et qui était prêt à tout pour moi. Est-ce encore le cas aujourd’hui ? Je m’approche de lui, lentement jusqu’à ce que je puisse apercevoir chaque traits de son visage, ses yeux bleus océans dans lesquels j’aimais tant me perdre. « Mélahel … » Dis-je en gardant une certaine distance, bien honteux de me présenter devant lui de la sorte. Je baisse mes yeux. Lire cette douleur sur ce visage crispé, lire cette souffrance dans ces yeux embués de larmes. Je ne peux pas. Pendant tout ce temps alors, il m’aurait cherché … ? Car s’il ne le faisait pas, il ne serait pas dans un tel état. Sans trop réfléchir, je me dirige rapidement vers lui et entour son corps de mes bras, nichant mon visage dans son cou en humant son odeur, odeur qui m’avait tant manqué. Retrouver l’être que l’on aime éperdument après une telle épreuve, ça ne peut que faire du grand bien.
code by Silver Lungs



Put on your war paint
You are a brick tied to me that’s dragging me down , strike a match and I’ll burn you to the ground. We are the jack-o-lanterns in July  setting fire to the sky. Here, here comes this rising tide so come on - FOB - the phoenix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mélahel
avatar

☾ morsure : 35
☾ double-compte : Aucun.
☾ crédit : avatar (c) Daemon ; signature (c) ZIGGY STARDUST ; gifs (c) casdegraced.
☾ là depuis : 18/05/2014
☾ caractère : Tendre, attentif, réconfortant, introverti, quelques difficultés pour communiquer avec les humains, attachant, candide, solitaire, curieux.
☾ nature : Ange.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Mer 25 Juin - 10:05

Anarchy ∞ Mélahel
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Je ne sais pas ce que je fais dans cette forêt, ou même ce que je peux bien y chercher. Mais je sais une chose : c'est que je me fais du mal, à rester seul comme ça. Certes, il y a Caliel et Sasha, mais ce n'est pas pareil. J'aime beaucoup le frère d'Anarchy, mais ce n'est pas Ana...Et je ne le connais pas encore assez pour pouvoir me confier pleinement. Je ne sais même pas si j'ai envie de me confier. Et puis, ce n'est pas difficile de comprendre mon état. Heureusement que Caliel est là, c'est pour lui que je continue d'être fort, et c'est bien le seul à m'arracher quelques sourires dans la journée. D'ailleurs, je serai peut-être déjà parti le retrouver si je n'avais pas entendu un bruit qui avait attiré mon attention, et qui avait aussi eu le don de me figer complètement sur place. Peut-être que ce n'est qu'un animal. Peut-être que ce ne sont aussi que des humains. Je n'entends pas parler, pourtant, et ça ne ressemble pas à des bruits de pas. C'est bizarre. Finalement, je décide d'écouter mon instinct et je descends un peu plus bas, veillant quand même à ne pas tomber, comme ça a bien failli être le cas tout à l'heure. Ce n'est pas assez haut pour que mon véhicule se blesse sérieusement, mais vaut mieux ne pas tenter le diable - sans mauvais jeu de mot.

Je regarde face à moi, mais toujours rien. C'est en m'approchant un peu plus que je découvre la silhouette que j'espérais voir, n'importe où. Anarchy. Je sens ma gorge se serrer, et mes yeux s'embuer, sans que je puisse contrôler quoi que ce soit. Je me suis toujours laissé dépasser par les sentiments humains et par les réactions de mon hôte ; ici, j'ai même encore l'impression que c'est décuplé. Je ne bouge pas, me contentant de murmurer son prénom. Je le vois se retourner ; est-ce qu'il m'a entendu ? Pourtant, il est loin...Ou alors, il a eu l'impression que quelqu'un le suivait, ce qui, ma foi, n'est pas tout à fait faux. Excepté que je ne m'attendais pas à le trouver ici ; je pense que quelqu'un d'autre aurait déjà abandonné depuis longtemps, se disant seulement qu'il est parti, et se contentant de cette triste réalité. Mais pas moi. Pas après avoir aimé comme ça. Je ne peux pas me détourner de cet homme lorsque je sens que chacun de mes sens répond à sa simple vision. Depuis cette nuit-là, il fait partie de moi, il est dans mes veines.

Je pince mes lèvres entre elles lorsqu'il s'approche, mais il s'arrête. Il est encore trop loin pour moi. Fronçant les sourcils, je m'approche à mon tour de quelques pas. « - Qu'est-ce qu'il se passe...? » Son visage. Ses cheveux éternellement en bataille. Ses lèvres. Ses tâches de rousseur que je m'amusais à compter pendant que je l'observais dormir. Ses yeux verts émeraudes dans lesquels j'aime tant me plonger d'ordinaire. Oh. Ils ont l'air différent. Non, il a l'air différent. Je frissonne en l'entendant prononcer mon nom à mon tour. Il ne part pas, il reste là...Est-ce que ça veut dire qu'il veut parler ? Est-ce que ça veut dire que c'est fini, qu'il va rentrer avec moi ? Je lui fais un faible sourire, sentant la commissure de mes lèvres toute tremblante, sûrement à cause de toutes ces émotions que je ne parviens pas à contrôler, et encore moins à comprendre.

Je pince mes lèvres entre elles lorsqu'il s'approche mais je ne bouge pas. Lorsqu'il me prend contre lui, une décharge électrique parcourt mon corps tout entier. J'imagine qu'on aurait pu le repousser, le gifler, lui demander des explications, mais pas moi. Je noue mes bras autour de lui, le serrant contre moi, mais quand même pas de toutes mes forces - je ne voulais pas lui faire de mal. Je sens une larme rouler le long de ma joue et je l'essuie rapidement, refusant malgré tout de me détacher de lui. « - Pou...Pourquoi ? » Je réussis à articuler après de longues secondes. « - Pourquoi t'es parti ? Et pourquoi je te sens...aussi différent...? »
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L. Anarchy Davis
avatar

☾ morsure : 79
☾ double-compte : no one.
☾ là depuis : 04/05/2014
☾ caractère : Méfiant - Drôle - Pervers - Bourreau - Sadique - Froid - Protecteur - Courageux - Sensible - Têtu - Observateur - Très bon menteur - Gourmand - Alcoolique - Arrogant.
☾ nature : vampire.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Mer 25 Juin - 19:41

Anarchael
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Je me sens tellement coupable, tellement horrible d’avoir abandonné ma famille juste à cause de ça. Mais j’ai tellement peur de leur faire du mal, d’avoir une pulsion et de m’emporter, de faire du mal. C’est encore tout frais, sûrement un mois est passé, quelques semaines… pour moi ça fait une éternité. Je n’arrive toujours pas à m’y faire, je n’arrive toujours pas à me dire que je suis devenu l’un de leur. Je n’arrive pas à contrôler mes envies, c’est tellement dur que parfois j’ai envie de m’en arracher les cheveux. J’ai envie de retrouver mon humanité, mais après avoir fait tout ce que j’ai fais, je pense que ça ne sera pas possible … à moins de passer un pacte avec un démon ? Aucune idée. Je déglutis difficilement. La forêt est le seul endroit où je m’y sens à ma place, où je sais que je ne ferais aucun mal, et à personne. Je lâche un long soupire. Je sens une présence, une présence qui n’est pas réellement humaine, une présence angélique… lui.

Rien que de savoir que c’est lui, de me retourner pour vérifier, je me retrouve comme pétrifier. Est-ce une illusion ? Un rêve éveillé. Je n’espère pas, parce que ça me fait beaucoup trop de mal. Je sens comme une boule qui se forme dans ma gorge. Non, tout cela est bien réel …Et j’ai du mal à réaliser, surtout après tant de temps que j’ai passé sans lui. Il me cherchait. Je pince mes lèvres entre elles et je l’observe. Il est toujours aussi beau. Il est toujours aussi attirant. Je reste cependant loin de lui pendant une fraction de secondes. Doit-il le sentir ? Que je ne suis plus comme avant ? Doit il sentir que je ne suis plus moi-même ? J’ai peur qu’il se recule, qu’il disparaisse, qu’il m’abandonne. Il se demande ce qu’il se passe et je serre légèrement les dents. S’il savait ce qu’il se passe … peut-être qu’il ne se tiendrait pas encore là, face à moi. J’ai envie de le serrer dans mes bras. Peut-être rien qu’une dernière fois.

Je m’approche de lui, au moins il ne bouge pas et ça me rassure. Je glisse mes bras autour de son corps et le serre dans mes bras, nichant automatiquement mon visage dans son cou en humant son odeur. Ca me fait un bien fou. J’avais oublié à quel point ça faisait du bien, à quel point ça ME faisait du bien. Je me sens comme revivre, j’ai l’impression d’avoir comblé ce manque qui s’est installé bien vite. Je ferme mes yeux lorsqu’il me sert contre lui, restant fort afin de ne pas verser une larme. Un réel bonheur de retrouver la personne que l’on aime le plus. Après de longues secondes de silence, il brise ce dernier avec des questions. Des questions auxquelles j’ai peur de répondre. Des questions qui causeront certainement ma perte. Des réponses qui le feront fuir. Je finis par me détacher et pas planter mon regard émeraude dans la prunelle de ses yeux, glissant ma main contre sa joue lentement. « Je suis parti … parce que je suis différent. » Dis-je en lui adressant un regard rempli de tristesse.

Je caresse sa joue de mon pouce lentement avant de déposer un baiser contre son front. Je prends ensuite sa main et je la pose sur ma poitrine, à l’endroit où se trouve mon cœur qui ne bat désormais plus. « Parce que j’avais peur de vous faire du mal … parce que je ne contrôle pas ce côté monstrueux … et parce que j’avais peur que tu t’en ailles. » Finis-je par avouer, assez honteux. Je suis faible, l’amour m’a rendu et me rend faible. Mais bon dieu, ce que je l’aime. Je lâche lentement sa main puis je caresse ses cheveux. « Et notre fils … ? Où est-il … ? » Peut-être est-il … ? Enfin, je n’espère pas, et rien que cette pensée me fait du mal. Je me rends compte que j’ai été idiot de partir, d’abandonner les miens, de leur faire plus de mal que de bien et surtout d’abandonner mon enfant et celui que j’aime éperdument.

code by Silver Lungs


Put on your war paint
You are a brick tied to me that’s dragging me down , strike a match and I’ll burn you to the ground. We are the jack-o-lanterns in July  setting fire to the sky. Here, here comes this rising tide so come on - FOB - the phoenix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mélahel
avatar

☾ morsure : 35
☾ double-compte : Aucun.
☾ crédit : avatar (c) Daemon ; signature (c) ZIGGY STARDUST ; gifs (c) casdegraced.
☾ là depuis : 18/05/2014
☾ caractère : Tendre, attentif, réconfortant, introverti, quelques difficultés pour communiquer avec les humains, attachant, candide, solitaire, curieux.
☾ nature : Ange.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Sam 28 Juin - 15:46

Anarchy ∞ Mélahel
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
J'imagine que tout humain se trouvant à ma place se serait déjà pincé le bras pour s'assurer que l'image qu'il voit en face de lui est bel et bien réelle. En ce qui me concerne, je ne le fais pas - déjà, parce qu'évidemment, je n'ai aucune connaissance de cette coutume typiquement humaine. De plus, parce que ça n'aurait certainement rien changé. J'ai du mal à me rendre compte de la situation. Je suis heureux de le voir, évidemment, un peu en colère, aussi, mais surtout, j'ai peur. Peur qu'il reparte, comme un mirage, et que je ne le revois plus avant longtemps - ou peut-être jamais. Un pincement douloureux se fait ressentir dans ma poitrine à cette pensée. J'ai aussi peur que ce soit un piège de la part de mes frères et sœurs. J'ai peur que tout ça ne soit qu'une illusion, créée par une instance bien plus supérieure à moi. J'ai peur de la suite.

Pourtant, lorsqu'il vient dans mes bras, je ne le repousse pas. Je m'accroche même à lui ; je m'y accroche comme à une bouée, comme à une bouteille d'oxygène. Car pour moi, c'est ce qu'il est, au fond. Mon oxygène, ma vie. Je ferme fort mes yeux alors que je pousse un soupir d'aise, tremblant même un peu sous tout ce flot d'émotions. Il y a plusieurs décennies de ça, je n'aurais jamais pensé à quel point ce serait bon de serrer un humain contre moi. Certainement parce que ce n'est pas un humain ordinaire, bien que j'ai appris à les connaître, et à les aimer tous. C'est mon humain, celui qui m'a fait changer, celui qui m'a fait découvrir le monde. Je hume son odeur mais je ne peux pas m'empêcher de briser le silence presque magique qui s'est installé. J'ai tellement de choses à lui demander...Je veux savoir ce qui se passe, je veux comprendre pourquoi il est parti. Peut-être qu'il n'avait pas le choix ? Peut-être qu'il a un problème ? Peut-être que quelqu'un l'embête ?

Je fronce un peu les sourcils en le sentant bouger, et presque automatiquement, la pression de mes mains sur ses bras se renforce. J'ai peur qu'il s'en aille à nouveau. Mais non. Il ne bouge pas, il me regarde. Je plonge mon regard dans le sien, pinçant mes lèvres entre elles. Ce vert qui m'hypnotisait...Et qui m'hypnotise toujours, d'ailleurs. Je frissonne lorsqu'il dépose sa main contre ma joue et je lui offre un petit sourire, savourant ce contact qui m'a tant manqué. « - Différent ? » Son regard me fait mal, je me demande ce qu'il a...Et voilà que je recommence à m'inquiéter. Je pose aussi ma main contre sa joue, la caressant du bout des doigts. « - Dis-moi, tu me fais peur... »

Ses attentions, ses baisers, ses caresses...Ça me fait du bien évidemment, mais ça ressemble trop à un adieu pour moi, et ça ne me plait pas. Je veux l'emmener avec moi. Je le laisse prendre ma main, même si au départ, je ne comprends pas bien ce qu'il veut faire. Mais lorsqu'il la dépose contre sa poitrine, j'écarquille les yeux en ne sentant plus aucune trace de battement de cœur. « - Ana'... » Dis-je faiblement, une boule dans ma gorge. Je ne connais pas grand chose sur les chasses, mais du peu qu'il m'en a dit, et puisque son cœur ne bat plus, j'ai beau être un ange, je crois avoir compris ce que c'est, ce qu'il est devenu. « - Comment est-ce que ça s'est passé ? Comment c'est arrivé ? » Je ne suis pas le seul à penser et savoir que c'est un bon chasseur, alors si lui aussi s'est fait avoir...Ça veut dire que d'autres peuvent aussi voir leur humanité sacrifiée au cours d'une chasse.

Je comprends mieux maintenant, la cause de son départ. Et même si le fait que j'en sois pas la cause me rassure un peu, ça n'enlève pas totalement mon mal-être pour autant. « - Je ne serai pas parti. Je t'aurai soutenu, j'aurai cherché une solution, je, je sais pas...Mais je ne t'aurai pas abandonné. » Je glisse ma main derrière sa nuque, la caressant lentement. « - Et puis, j'aurai pu t'arrêter lors de situations critiques. » Je garde mon autre main contre sa poitrine avant de faire un faible sourire. « - Il va bien. Il est à la maison, protégé par des sortilèges. » Ses lèvres. J'ai envie d'y goûter, mais je n'ose pas. Je veux m'assurer qu'il est bien réel, je crois. « - Tu nous manques, tu sais ? Viens avec moi, on trouvera une solution... »
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L. Anarchy Davis
avatar

☾ morsure : 79
☾ double-compte : no one.
☾ là depuis : 04/05/2014
☾ caractère : Méfiant - Drôle - Pervers - Bourreau - Sadique - Froid - Protecteur - Courageux - Sensible - Têtu - Observateur - Très bon menteur - Gourmand - Alcoolique - Arrogant.
☾ nature : vampire.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Dim 29 Juin - 12:57

Anarchael
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Ce sentiment … de revivre, ça fait un bien fou. J’ai l’impression de retrouver tout ce que j’avais perdu, bien que la seule chose qui ne change pas est ma nouvelle nature. Je pense qu’à part vendre mon âme, je n’ai rien pour me sauver de là. Je n’ai rien pour redevenir comme avant, pour que tout redevienne comme avant. De toute façon, ce n’est qu’utopie, car c’est impossible. Mais maintenant qu’il est là, je me sens affreusement bien. Il me fait me sentir bien, il me fait oublier ce que je suis, tout ce que j’ai pu faire de mal. Il me rend bien, j’ai l’impression d’être un autre homme, différent. Un homme qui se sent aimé, un homme dont l’amour le rend fort, un homme qui a l’impression d’être invincible. Mais je sais que si je dévie trop, il me remettra dans le bon chemin, comme il l’a toujours fait. Je sais que je peux compter sur lui, plus que les autres.

Je vois cette moue inquiète, moue que je déteste voir sur son visage. Mais notre vie ne nous permet pas de vivre en paix, sans s’inquiéter du lendemain. Notre fils est en danger permanent, Castiel vit avec une épée de damoclès au dessus de la tête et moi … aussi, au final. Je peux me faire tuer à n’importe quel moment. Finalement, nous ne sommes à l’abri de rien, pour preuve, qui l’eut cru qu’un jour je serais ainsi ? A ressentir ce qu’ils ressentent, à voir ce qu’ils voient. J’attrape sa main et la dépose sur ma poitrine, à l’endroit où mon cœur est censé battre. Je l’observe, peu fier puis je caresse sa joue de mon pouce. « A la chasse …Je …Je pensais que je pouvais y arriver seul, mais ils étaient plusieurs … j’ai vu que je n’aurai pas réussi, il fallait que je fuis, sinon ils allaient n’en faire qu’une bouchée de moi. Alors j’ai fuis … mais je suis tombé. Je suis stupide, j’ai combattu beaucoup plus forts qu’eux, beaucoup plus et … j’ai eu le malheur de tomber simplement parce que je me suis pris les pieds dans une racine d’un arbre. » La fatigue ? Je n’en sais rien, en fait je me sens coupable dans tous les cas. Je n’aurai pas dû partir seul, j’aurai du venir avec Sasha. J’aurai dû arrêter de faire le fier, l’homme qui peut battre n’importe qui. Je ne suis pas invincible.

Je l’observe lorsqu’il me dit ce qu’il aurait fait. Je déglutis difficilement et je hoche la tête, quand même pas mal honteux. Sa caresse me fait un bien fou, ça m’apaise. Ses paroles aussi. J’ai eu tellement peur, peur de ce moment là. « J’ai eu peur de te perdre à cause de sa … Tu as tant sacrifier pour moi … je ne voulais pas te mettre ça en plus. Je ne voulais pas te donner cette vie … » Il mérite beaucoup plus. Je le regarde et je dépose ma main sur la sienne qui est resté contre a poitrine. Il me parle de notre fils, et je ne peux m’empêcher de sourire. J’ai envie de le voir, j’ai envie de prendre cette petite créature dans mes bras. J’ai envie de lui montrer que je ne suis pas parti, que je suis là et que je me tenais juste à l’écart, parce que j’avais peur de lui faire du mal … de leur faire du mal. Il me dit que je leur manque. Je sens ma gorge se serrer un peu plus, les larmes montant petit à petit. « Je n’ai pas envie de vous faire du mal … Je ne contrôle pas tout ça … J’ai peur Méla … » Je plante mon regard dans le sien et l’observe. J’aimerais tellement que tout puisse être facile. J’aimerais tellement qu’il existe une machine à remonter le temps pour réparer cette erreur. « Vous me manquez aussi … terriblement. Cette sensation de vide, cette absence … je ne supporte plus… » Je serre sa main et y dépose un tendre baiser contre avant de soupirer lentement. « Il sentira que je suis différent … il ne me reconnaitra pas. » Je pince mes lèvres entre elles. « Je …Je veux le voir… »


code by Silver Lungs


Put on your war paint
You are a brick tied to me that’s dragging me down , strike a match and I’ll burn you to the ground. We are the jack-o-lanterns in July  setting fire to the sky. Here, here comes this rising tide so come on - FOB - the phoenix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mélahel
avatar

☾ morsure : 35
☾ double-compte : Aucun.
☾ crédit : avatar (c) Daemon ; signature (c) ZIGGY STARDUST ; gifs (c) casdegraced.
☾ là depuis : 18/05/2014
☾ caractère : Tendre, attentif, réconfortant, introverti, quelques difficultés pour communiquer avec les humains, attachant, candide, solitaire, curieux.
☾ nature : Ange.
MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   Jeu 3 Juil - 21:47

Anarchy ∞ Mélahel
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
En me prenant d'affection pour Anarchy, je sais que j'ai manqué à tous mes devoirs d'ange. Enfin. Ce n'est même pas de l'affection, c'est de l'amour. L'amour le plus pur qu'il soit. Si au début, il me faisait peur, car je ne devrais aimer que mon Père et mes semblables, au fil du temps, il m'a appris à l'accepter, à le nourrir, et aussi à le provoquer. Je suis tombé indéniablement amoureux d'un humain, chasseur qui plus est, et finalement, je n'ai plus eu à en rougir. Parce qu'il était à mes côtés. Je me sentais protégé, en sécurité avec lui - chose quand même dérisoire quand on y pense. Il n'aurait pas fait l'affaire face à la colère de mes frères et sœurs, s'ils avaient décidé d'intervenir directement. Mais ce que je ressentais et ce que je ressens toujours pour lui, c'est une force aussi. D'un autre type, mais c'est notre force. Maintenant, sans lui, je me sens plus vulnérable, plus exposé - ce que je ressens, c'est de la peur, une émotion que je n'avais jamais connu d'aussi près, auparavant. Mais je n'ai pas seulement peur pour moi ; à vrai dire, je passe en bon dernier, derrière Caliel & Anarchy. J'ai peur pour eux. Quant à moi...Je ferai ce qu'il faut pour me défendre, mais tant qu'ils sont tous deux sains et saufs, alors c'est tout ce qui m'importe.

Sentir son corps contre le mien, ça me fait tellement de bien. Je réalise que c'est vrai, qu'il est là, sous mes doigts. Je n'ai plus envie de le laisser partir, ça c'est certain. Le contact de sa main contre la mienne me fait frissonner et m'arrache un petit sourire. J'ai l'impression que ça fait des siècles...Mais non, juste quelques longs jours. Je le laisse s'emparer de ma main pour la poser contre son cœur. Je suis touché par son geste, mais bien vite je comprends mieux, et je me noie entre inquiétude et tristesse. Je me mords légèrement la lèvre inférieure, mimique que j'ai d'ailleurs fini par attraper en vivant aux côtés d'Anarchy. Je baisse les yeux en l'entendant, conservant quand même ma main contre lui. Donc il n'est pas parti à cause de moi, ou de nous. Pas que j'en ai douté, mais évidemment, je me suis fait du mal à imaginer tous les scenarii possibles. « - Tu aurais du appeler ton frère...Il aurait peut-être pu trouver un remède, un sortilège, ou...Ou je sais pas... » Dis-je faiblement. C'est loin d'être un reproche, seulement un ressenti. Peut-être même que de telles choses n'existent pas, peut-être que c'est utopique, ce qui expliquerait sa décision. Je n'y connais rien dans le domaine de la chasse, et encore moins aux méthodes employés par les humains pour tenter de réparer les dégâts du surnaturel. Sa caresse le long de ma joue me rassure et m'apaise. On dirait une promesse, comme pour me dire qu'il est là maintenant, et que tout ça, c'est terminé. « - Il faut que tu fasses attention...Humain ou vampire, je peux toujours continuer à veiller sur toi. Je ne laisserai personne te faire du mal. »

Quitte à trahir ma nature au vu et au su des humains, peu importe. Mais évidemment, il faut que la naissance et la nature de Caliel restent dans le plus grand secret, c'est un fait. « - Je le savais, tu sais ? Je savais que tu ne pouvais pas nous avoir abandonné comme ça. Pas toi. » Dis-je avec un plus grand sourire, un sourire sincère. Anarchy est un homme bon, je n'en ai jamais douté. Et tant que sa famille sera là pour le lui rappeler, ça ne changera pas ; sa nature, tout aussi nouvelle et puissante puisse-t-elle être, ne prendra pas le pas sur celui que je connais. J'en suis persuadé. Je serre davantage sa main dans la mienne, plissant légèrement les yeux. « - Tu ne me feras pas de mal...Je sais que tu seras capable de te contrôler. C'est encore trop récent. Et pour ce que j'ai fait...Je doute que je recommencerai si c'était pour quelqu'un d'autre que toi. » Fis-je avec un petit sourire. On m'a peu souvent parlé des relations avec les humains, au Paradis. Mais ce lien, ces sentiments, je suis presque sûr que ce n'est qu'à lui qu'ils sont réservés.

Je fais un petit sourire à son baiser puis je remonte mes caresses, jouant un instant avec quelques mèches de ses cheveux. « - Rentre avec moi...Tu n'as peut-être plus de cœur qui bat sous ta poitrine, mais ça ne retire pas l'amour qu'il y a en toi. Caliel te reconnaîtra avec cet amour. Il en est lui-même le fruit...Et c'est bien la seule chose qui soit au-delà de tout sortilège, ou de toute transformation. » Je pose mon autre main contre sa seconde joue et je plonge aussi mon regard dans le sien. « - Je t'aime Ana'...Je ne veux plus te laisser partir loin de moi. Loin de nous trois. » Encerclant toujours son visage entre mes mains, je me penche vers lui pour venir déposer lentement mes lèvres sur les siennes. Mon dieu ce que ça fait du bien.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Anarchy & Mélahel ► i've been looking for you everywhere.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cannibal :: black hills :: forêt-
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures ;
top site - top site